fbpx

Dans le cadre de mon boulot, il nous arrive d’interagir avec des APIs de toute sorte. C’est parfois dans les vielles marmites que l’on fait les meilleurs plats. Voilà pourquoi c’était souvent à coups de requêtes multiples dans les navigateurs, ou de commandes curl survitaminées que j’y parvenais.

Heureusement pour moi, un de mes collègues m’a invité à faire la rencontre de Postman. Un outil, aussi délicieux que flexible, capable des subtilités les plus abouties lorsqu’il faut interagir avec des serveurs et des APIs en tout genre.

Le site officiel propose des applications natives pour les plateformes Mac, Linux et Windows. Sauf que pour Linux, en dehors d’une archive .tar.gz, il n’y a pas beaucoup  d’explications(à l’heure de ces lignes) sur la procédure d’installation. Ce n’est pas très compliqué en soi. Mais lorsqu’on ne sait pas, … on ne sait tout juste pas.

La procédure

Pour comprendre les étapes que nous détaillerons plus bas, il faut se mettre dans la peau du processus. Pour que PostMan fonctionne sur votre plateforme Linux, il faudra

  • avoir un poste de travail Linux (bien évidemment)
  • télécharger la version native de PostMan correspondant à sa plateforme, à savoir x86 ou x64, depuis l’adresse https://www.getpostman.com/apps
  • décompresser l’archive téléchargée et copier le dossier décompressé dans le répertoire /opt

sudo tar -xzf [LeNomDeVotreArchive.tar.gz] -C /opt

  • mettre l’application PostMan dans le chemin des exécutables, afin que celui-ci soit accessible depuis n’importe quel emplacement du système

sudo ln -s /opt/Postman/Postman /usr/bin/postman

À ce stade, l’application sera disponible et accessible depuis le terminal. En effet, depuis la ligne de commande du terminal, il suffit d’entrer la commande suivante pour se retrouver nez-à-nez avec un grand dino 🙂

postman

Suivant la distribution utilisée, pour gagner en convivialité, on pourrait ajouter des références à Postman dans le menu principal, ou encore créer des lanceurs, à moins que votre distribution s’en soit chargée.

Et Soka!